Galerie des Gohonzon inscrits par Nichiren
 
 

En 2005 je terminais l’entrée du Dictionnaire Miaofa consacrée à la biographie de Nichiren en disant : « Cette biographie rend compte des évènements de la vie de Nichiren … J'ai assez peu mentionné la pratique d'inscription de honzon, qui à partir de l'exil de Sado semble avoir été une constante de son activité. Il reste encore de très nombreux mandala inscrits par Nichiren et je ne connais pas d'étude en français sur ce sujet. Pourtant ces représentations graphiques qu'il qualifie de loi ésotérique semblent avoir été un vecteur fondamental de l'expression de sa spiritualité.»

Nichiren a en effet composé de très nombreux gohonzon qui étaient conférés à certains disciples. Ces gohonzon étaient une représentation de la cérémonie d’enseignement du Lotus avec en son centre Namumyōhōrenguékyō. Ils permettaient ainsi au croyant de (re)participer à cette cérémonie de révélation de la Loi. L’importance fondamentale qui est attribué au gohonzon par son créateur est révélée notamment dans la Réponse à dame Nichinyo.

Nous ne savons pas le nombre exact de mandala inscrits par Nichiren. La galerie que nous présentons en compte 127. On estime que Nichiren en a probablement composé le double ou le triple, ce qui représente une production moyenne qui serait comprise entre 23 et 35/an. En fait si l’on s’en tient aux dates qui figurent dans la galerie des gohonzon cette production s’est considérablement amplifiée à partir de l’installation au mont Minobu en 1274 pour culminer dans les années 1280 (31 gohonzon) et 1281 (15 gohonzon). Cette statistique n’a qu’une valeur indicative car dans les trois dernières années de la vie de Nichiren, la composition de ces mandala n’avait cessé de s’accroître.

Nous sommes bien conscients que cette galerie des gohonzon puisse comporter des faux ou des copies. Malheureusement peu de recherches sérieuses ont été faites pour les identifier et on ne peut que déplorer le manque d’éditions, du moins à notre connaissance, avec des clichés plus précis, beaucoup reprenant simplement ceux du premier recueil.

La numérotation chronologique que nous reprenons est donc celle qui figure dans ce premier recueil avec photos, publié en 1947 sous le titre Gohonzon shū (éditeur Risshō Ankoku kai) et reprise chez le même éditeur en 1981 dans le premier volume de la collection Nichiren Daïshōnin go shinseki (日蓮大聖御真蹟, Œuvres authentiques du grand sage Nichiren) sous le titre Gohonzon shū (御本尊集, Collection des gohonzon). Les numéros avec des bis comme par exemple #3b ou #3c n’étaient probablement pas documentés dans la première édition.


Sources

Yamanaka Kihachi et Kataoka Zuiki : Nichiren Daïshōnin go shinseki (日蓮大聖御真蹟, Œuvres authentiques du grand sage Nichiren), vol. 1, Gohonzon shū (御本尊集, Collection des gohonzon), éditions Risshō Ankoku kai (1981, 1999).

Nichiren's Coffeehouse and Gohonzon Gallery : malheureusement ce site n’est plus accessible. Il était géré par Don Ross qui se présente comme « an Independent-minded practitioner of the Lotus Sutra, the visionary behind and sole administrator of Nichiren's Interfaith Coffeehouse and Gohonzon Gallery ». Les quelques cas où nous n’avons pas pu trouver de photos utilisables pour certains gohonzon (#3b, #27, #32b), nous avons utilisé les restaurations informatiques qui figuraient sur son site. C’est évidemment moins représentatif que de véritables clichés mais nous reconnaissons le travail effectué pour présenter la graphie de ces mandala de façon très claire en noir et blanc.

日蓮聖人大漫荼羅一覧 (Nichiren shōnin daimandara ichiran) : 鷲峰会 Jūhōkai (L'Assemblée de la cime du Vautour).

Luigi Finocchiaro :
Il mandala nella tradizione del Buddhismo Nichiren, Prima parte: Introduzione, mandala nei periodi Bun’ei e Kenji.
Il mandala nella tradizione del Buddhismo Nichiren, Seconda parte: I mandala del periodo Kōan.
Traductions en anglais :
The mandala in Nichiren Buddhism, Part One: Introduction, mandalas of the Bun’ei and Kenji periods.
The mandala in Nichiren Buddhism, Part Two: Mandalas of the Kōan period.


Remerciements

Je tiens à remercier chaleureusement ceux qui m’ont apporté leur aide précieuse pour constituer cette galerie en deux ans environ ; il s’agit de Sylvie Hourcq, Julien Amiel, Jean-Louis Galopin et Pierre Henri.


Puis tableau des gohonzon (Table des Matières) qui remplacerait la liste des n° de gohonzon ci-dessous avec liens vers les pages de la Gallerie par n°.

Puis tableau exhaustif des représentants des 10 mondes qui apparaissent dans l'ensemble de la Galerie des gohonzon avec liens vers le Dictionnaire.

 
 
1 2 3a 3b 3c 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28
29 30 31 32a 32b 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57
58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68a 68b 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86
87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116
117 118 119 120 121 122 123  
 
  Retour à la page d'accueil